Jean-Baptiste CARHAIX - Paramentique Sacrilege

du 29/02/2020 au 18/04/2020

 
  Jean-Charles GROS - "Une archéologie industrielle"

du 11/01/2020 au 22/02/2020

À l'heure où la nuit vient juste de se replier dans ses ombres,  j'aime à flâner sur les chemins. Instant d'éveil, entre pierres et arbres, un paysage s'ouvre: Il est rude et minéral. C'est un plateau de calcaire gris, un décor raboté, un décor tranché, un décor fracturé.
L'épaisseur du temps s'est accompli depuis les derniers assauts des hommes sur la roche, seuls leurs fantômes errent encore dans ce paysage à l'antique. Comme un archéologue explorant un vaste théâtre de mémoire, j'ai vu, j'ai photographié une cité oubliée, une Atlantide noyée en pleine terre du midi.

 
  Irina IONESCO - 100 000 ans de beauté

du 09/11/2019 au 21/12/2019

100 000 ans de beauté  / Irina IONESCO 

Adorée, idolâtrée, au bûcher ! clouée au pilori !

Face aux photographies d’Irina Ionesco, nous sommes libres de jouir ou de se l’interdire. Ses images délient encore et toujours les langues les plus paresseuses ; images Genèse d’un gothisme moderne où l’ultra raffinement reste l’ingrédient éternel de toute action.

La sensualité nous est imposée, drapée de dignité et de vertu. Oui, la vertu de vivre
avec vérité : vérité des seins, vérité des bouches, vérité des pubis fournis, vérité du corps de la femme, création céleste de toute beauté. 100 000 ans de BEAUTE.

Le corps a son langage que seuls les initiés reconnaissent. langage érotique : jambes ouvertes, fermées, croisées ; yeux à peine ouverts sondant secrètement les alentours. Irina Ionesco contrôle nos souffles et conduit nos regards dans tous les interstices des peaux, des tissus, des voiles, des résilles, des fourrures, afin de découvrir le secret.

LE Grand Secret, Éros et Thanatos,
présence mystique sur terre. Souffle de vie, souffle de mort où les corps des femmes d’Irina nous imposent avec défiance Les questions : « Aurai-je peur ? et si je me parais de mes plus beaux attributs pour paraître devant Elle ? et si je me drapais de toute ma dignité pour Lui plaire ? »

Les icônes byzantines, les déesses couronnées sont des passeuses d’âme à l’érotisme mystique, au pouvoir de nous faire enfin assumer une jouissance sans tabou.Jouissance des corps, jouissance des âmes. 

Texte de Frédérique Lomba.
        Octobre 2019

 
  Marielsa NIELS - DANS L'ANTRE DU SOI

du 14/09/2019 au 02/11/2019


DANS L'ANTRE DU SOI
Féminin-Masculin : Altération du principe de binarité

La forme narrative de ce travail participe à la sagacité des réflexions suscitées. Il ne s’agit pas ici d’illustrer l’appréhension d’une notion abstraite, mais bien de faire émerger les heurts qu’elle est à même d’engendrer dans les tréfonds de l’être.
Les paramètres, connus, clairement annoncés et respectés lors de l'élaboration du travail sont en quelques mots, simples mais étonnants. Dans chaque image on découvre, on voit ou s'affiche un être humain. Ce "modèle" photographié est unique et toujours le même, homme ou femme, le genre n'est pas connu par les visiteurs ni même par les responsables de la galerie. C'est à nous tous de l'imaginer, et c'est là que se trouve le problème. au fil des images présentées le modèle semble être masculin puis féminin... or c'est toujours le même modèle !

Le Dossier de Presse est ICI

 
© Galerie Vrais Rêves 2022