Pascal MIRANDE - Gullivers

du 12/05/2012 au 23/06/2012

C’est la première fois que je confronte mes constructions au corps humain. J’utilise un fond sombre, une teinte monochrome afin d’éviter d’avoir des repères extérieurs. Je ficelle le sujet pour accentuer la fragmentation de l’anatomie sans pour autant tomber dans le « bondage » cher à Araki.
Il y a deux lectures d’échelles. Le modèle vivant montre la minutie des maquettes et à l’inverse, les échafaudages transforment le corps en un immense paysage. J’ai segmenté le sujet pour affirmer l’idée de construction et faire de chaque élément un tableau autonome. C’est aussi un clin d’œil aux boites de découpe des prestidigitateurs.

Comme pour la plupart de mes images, la continuité du travail va vers la citation (sculpture, peinture). J ‘aime l’idée de l’hommage à des œuvres immenses et la complicité qui peut émerger avec le public qui les reconnaîtra.
 

 
  Racines & Fonds communs

du 10/03/2012 au 05/05/2012

Cette série a pour ambition d'illustrer visuellement la cohérence et la continuité formelle de diverses époques qui constituent aujourd'hui nos racines culturelles.
Chaque ensemble est donc composé de divers éléments prélevés dans chacune des périodes suivantes :
      * l'Art arabe avec des azulejos andalous
      * l'Art judéo-chrétien avec des vitraux et clochers d'églises
      * l'Art moderne avec des photos d'architecture des années 30
 

 
  Yannig HEDEL - Racines et Fonds Communs

du 10/03/2012 au 05/05/2012

Cette série a pour ambition d'illustrer visuellement la cohérence et la continuité formelle de diverses époques qui constituent aujourd'hui nos racines culturelles.
Chaque ensemble est donc composé de divers éléments prélevés dans chacune des périodes suivantes :
•    l'Art arabe avec des azulejos andalous
•    l'Art judéo-chrétien avec des vitraux et clochers d'églises
•    l'Art moderne avec des photos d'architecture des années 30
 

 
  Arno-Rafael MINKKINEN - Autoportraits - 2011

du 17/09/2011 au 12/11/2011

Nous proposons cet automne, en duo avec la galerie Domus (Université Lyon1) et parallèlement à la Biennale d’Art Contemporain de Lyon, l’oeuvre atypique de l’artiste américain d’origine finlandaise Arno Rafael Minkkinen. Présenté pour la première fois à Lyon en 1987, à la galerie Vrais Rêves, ce travail singulier s’il en est, met en scène un corps, celui de l’auteur, dans des postures surprenantes, improbables, voire inquiétantes, dans des paysages qui ne le sont pas moins. Ces autoportraits n’ont rien de narcissique. Si Minkkinen se photographie lui-même c’est qu’il ne peut imposer de telles contraintes à d’autres. et s’il fait appel à autrui, c’est pour se mettre en parallèle avec son modèle.
Ses autoportraits ne s’inscrivent pas non plus dans le champ psychanalytique. Minkkinen n’a rien à prouver, pas de compte à régler avec lui-même... Ce travail se situe dans un ailleurs, peut être plus métaphysique, où le corps entre dans un rapport fusionnel avec le paysage, où les éléments rassemblés dans l’image par une énergie à la fois intense, féconde et contenue, propre à l’auteur, nous distillent des sentiments à la limite du spirituel. il y a pour chacun, après la découverte de l'univers d’Arno Rafael Minkkinen, un avant et un après.

Toutes les photographies, des deux expositions, sont en vente à la Galerie Vrais Rêves

 
© Galerie Vrais Rêves 2017