Bernard LANTERI

France

Une rencontre à Arles en 1985 grâce à un ami commun. Depuis une relation entretenue d'année en année, une amitié photographique et une amitié tout court...
Son travail nous a toujours étonné car son approche est radicalement différente de ce qui se pratique par ailleurs. Peintre ou photographe? En fait il est les deux. La prise de vue, si elle existe, n'est qu'une infime partie de sa création. Tout comme le peintre il observe, il corrige, il complète ce qu'il a devant les yeux. Son imaginaire envahit l'espace photographique. Le résultat n'est, en définitive, que le reflet de cet imaginaire qu'il sait rendre visible ...



  CIRCARE

du 11/09/2020 au 31/10/2020

 Au sous-sol de la galerie nous présenterons Bernard LANTERI un photographe qui participe lui aussi à des expérimentations dans le domaine photographique. Il est plus proche d’un artiste plasticien que d’un photographe car chaque œuvre obtenue par une sorte de chorégraphie de ses outils lumineux qu’il déplace sur sa feuille blanche. Aucune référence directe à une quelconque trace de l’existant. Comme l’écrivait si bien Bernard Cathonnet « Ici, aucuns effets narratifs, aucun intellectualisme abscons ne viennent perturber une recherche pure, à la fois plastique et psychanalytique. Ombres et lumières de l’âme sont ainsi mises à jour, remettant à nue une mémoire profondément enfouie, notre mémoire. Cela bouleverse, questionne et nous contraint à un perpétuel et enrichissant dialogue entre nous- mêmes et ses images. Et la puissance du travail plastique ajoutée à la qualité purement photographique de ses tirages ne peut que confirmer la rigueur de sa démarche et la force de son propos. Par ses séries d’images, Bernard Lantéri a réalisé une œuvre au sens plein de terme, une œuvre parfaitement aboutie jusqu’à l’accomplissement et qui laissera une trace dans l’histoire de la photographie. »

Bernard Lantéri assure ici sa 200ème exposition. Il le souhaitait car il n’avait jamais oublié qu’il avait réalisé sa première prestation en galerie, à Vrais Rêves en 1986. Nous en sommes fiers aujourd’hui…
 
  SabaS

du 14/05/2009 au 27/06/2009

Les compositions photographiques de la série 'SabaS' ne comportent pas le moindre élément prélevé dans la réalité. En référence directe avec l'étymologie, les formes présentes dans la photographie proviennent uniquement de projections de lumière sur une surface neutre, une feuille de papier vierge, à partir d'une source lumineuse, une lampe électrique, et des filtres colorés. Les effets lumineux sur le papier sont photographiés, le film négatif permet la reproduction et donc l'accumulation successive de reflets sur une même image. Les formes réalisées restent ouvertes sur toutes les interprétations personnelles, mais dont aucune ne peut être constitutive de l'image. En éloignant la fixation habituelle sur la recherche du sens, cette proposition invite davantage à une perception sensible de l'image, à partir de formes et de matières purement photographiques.

 
  Etre-là ... (au Struthof)

du 15/09/1992 au 26/10/1992

Deuxième exposition personnelle de Bernard Lanteri à la galerie. Ce travail sur le camp du Struthof, le seul camp de concentration sur le sol français est issue d'une visite qu'il a entrepris il y a plusieurs années. Au départ deux photographies faites lors de son passage. Ensuite une création, par ajout de lumière sur le papier photographique, pour atteindre une sorte d'allégorie sur ce camp et sur ces personnes qui y ont séjournés. "Etre-là", loin du reportage devient par la notion de présence-absence symbole de ces êtres...
 
  Implosion

du 01/10/1986 au 30/11/1986

Première exposition à la galerie, et en galerie, de cet auteur qui oeuvre loin de l'objectivité. Au départ une photographie, un portrait, encadrée et des sources lumineuses. Les prises de vue, très rapides, sont faites sur un seul rouleau de 36 poses. Au final une introspection issue de 33 photos extraites de ce film...Saisissant et exceptionnel !
 
© Galerie Vrais Rêves 2021