Michel BRUNIER - "No screen, Nohere"

Le travail de Michel Brunier s'inscrit dans un parcours qui traverse l'histoire, l'histoire de l'image et le monde contemporain. Il recrée, avec des techniques contemporaines (photo, vidéo) le besoin qu'a eu l'homme de traduire des concepts sous forme d'icônes et de fixer ses visions chamanistes pour se les approprier pleinement. De Lascaux au "boat people" tout est sujet pour sa création.

 



 
Technique
Impression jet d'encre pigmentaire Couleur sur bache
Texte
CV-Resume
Autres séries
Qui suis-je_01 ? sur la "Bosnie"
120x50cm

Mots-clé associés
couleur, numérique, eau, humain, installation, perspective






 

La lucarne, symbole de communication télévisuelle ou virtuelle, s’impose dans ces années de sur-consommation d’images. Comment ne pourrait-elle pas devenir source de réflexion, voire source d’indignation ou de contestation. Michel Brunier est passionné par l’information et l’image documentaire. Or il observe avec un regard critique cette lucarne et en alimente intelligemment son oeuvre comme ici son regard sur les "boat-peole".



Michel Brunier est un faussaire récidiviste. En effet il travaille depuis de nombreuses années sur la place de l’image dans la communication et s’en sert pour créer sa propre archéologie, son archéo-fiction, où cohabitent des oeuvres rupestres, des oeuvres en lien direct avec les sociétés dites «primitives» (voir la série "le sauvage") ou avec nos contemporains. Or toutes ses photographies de départ sortent de la lucarne. Ces images existaient, il les a captées mais il ne s’en contente pas. Il les transforme tout d’abord par le cadrage lors de la prise de vue puis par une intervention manuelle directe sur l’image afin qu’elles puissent véhiculer le propos qu’il souhaite.
Ses travaux, en forme d’ellipse sur la communication visuelle mettent en lumière une société qui, malgré ses évolutions scientifiques et techniques, ne semble pas avoir beaucoup évolué. La chasse à l’animal puis à l’homme, la traque, la violence, la mort sont encore présentes. Seules l’ampleur des dégâts et la surface du terrain de chasse ont évolué. Hélas !
 

© Galerie Vrais Rêves 2022