Jean-Claude GAUTRAND - « Métal-Minéral » rétrospective

Jean-Claude Gautrand appartient à cette génération qui a milité pendant près de quarante ans pour la reconnaissance de la photographie d'auteur. Photographe et également auteur d’une vingtaine de livres sur la photo, du Paris des Photographes au dernier en 2005, sur Willy Ronis. Il fut aussi pendant de nombreuses années le partenaire régulier et personnage central des jury du SIRP de Royan. C’est dans cette circonstance que Vrais Rêves a eu le privilège de travailler avec lui et d’apprécier ses qualités et tout particulièrement son ouverture d’esprit. 



 
Technique
Argentique Noir et Blanc conventionnel monté sous passe-partout
Texte
CV-Resume
Série "Carnac"
format 30x40cm ou 40x50cm montée sous passe-partout

Mots-clé associés
noir.et.blanc, paysage, argentique, temporalité, archéologie, dérision, guerre, lumière, sculpture






 

 

Une première grande rétrospective de son œuvre a été présentée en décembre, par Objectif Images, au Musée de la Poste à Paris. Cette présentation un peu fugitive, deux semaines seulement, nous a incité à prolonger cet événement et a accueillir une partie de son travail sur nos cimaises.
 



Des choix s’imposaient. « Metal-Mineral » est le fruit de cette sélection et couvre la première période de sa création, de 1964 à 1984 avec quatre séries particulièrement riches. Ces travaux s’articulent autour d’éléments, du minéral le plus naturel représenté par les séries « Galet » et « Carnac » au plus technologique, le béton armé, avec les « Forteresses du dérisoire » et « Métalopolis ». Jean-Claude Gautrand parcourt ainsi un vaste champ de notre histoire avec des images où graphisme, matière et lumière prennent formes, révélant des photographies pleines de profondeurs et de mystères d’où l’homme, et ses folies parfois, n’est jamais absent.
Autre lien non négligeable, le rapport au sculptural qui habite chacune de ces séries. Le « Galet » et les « Forteresses du dérisoire » sont des sculptures, tout comme le sont celles de Henry Moore. Des objets naturels et construits, d’origine minérale, où l’harmonie des formes et de l’espace concentre la plastique et le poétique. En contrepoint la série Métalopolis, qui transforme en traits purs, en calligraphie, ces sculptures métalliques involontaires constituées d’accumulation de rails, de poutrelles et d’ échafaudages, porteurs des promesses de villes futures…

© Galerie Vrais Rêves 2020