Marc LE MENE - "CHAMBRES MENTALES, L'Intégrale"

Il se met à son compte en 1981. Quelques photos pour Vogue et Votre Beauté ne l'empêchent pas de développer un travail personnel sur le nu et la nature morte. «Je construis des séries, comme des suites musicales ou des variations autour d'un thème», confie ce photographe plasticien qui fabrique d'abord des objets avant de les prendre en photo. Ce qu'il appelle sa «chambre mentale»: une boîte cubique à cinq pans qui reste ouverte du sixième côté afin de pouvoir y installer son appareil, un6X6 Hasselblad. Photographe en chambre, il parle de Kafka pour expliquer sa démarche: «Rien ne sert de sortir de chez soi, le monde viendra à vous, extasié, et il se transformera devant vos yeux». Ses images sont autant de fenêtres ouvertes sur le rêve et l'imagination..

 




Vous connaissez son nom, Marc Le Mené, car vous avez déjà vu certains de ses travaux, dont quelques “Chambres Mentales”, à la galerie ou hors les murs. Cette série commencée fin 1996 s’est beaucoup enrichie en 20 ans et son nombre aujourd’hui est de 250 photographies. Nous avons choisi de soutenir ce travail, que l’on peut considérer comme ultime. C’est en effet 20 ans de création photographique que nous présenterons en une exposition évolutive de semaine en semaine. C’est un beau challenge de réaliser cet exploit, celui de présenter dans notrre espace 250 photographies encadrées en 60x70 cm.
A vous public de relever maintenant cet exploit et de venir chaque semaine à la galerie pour découvrir la suite de son travail...


Un catalogue est édité par la galerie. Texte de Emmanuel GUIGON
 36 pages 21x21 cm au prix de 10 € .

Et sur commande, par envoi postal  : 13 €



Le photographe Marc Le Mené a découvert son terrain d’élection dans des « chambres mentales » où il se laisse volontiers aller à des rapprochements cocasses et déroutants. La chambre mentale ? C’est la chambre photographique et la boîte crânienne captant et inventant des images. Elle nous introduit dans une aventure incroyable – farce ou tragédie. Le photographe, qui se définit de bien des manières, se caractérise aussi comme un manieur d’objets hybrides, d’accouplements illégitimes, un marieur de discordances , un colleur posant des colles. Il soulève des questions délicates et précises, toujours avec nonchalance, avec le même soucis de précision et de perturbation méthodique. Il jette à sa manière la panique dans sa boite de Pandore.
Il s’aventure à l’intérieur de régions où le vrai et le faux, le vraisemblable et l’incongru échangent leurs propriétés en une vertigineuse et joyeuse jonglerie. Ce sont là quelque-uns de ses jeux savants. Ses constructions truquées à l’image de la mémoire ne peuvent s’appréhender ni se reconstituer comme les pièces d’un puzzle. Le résultat est déconcertant. Marc Le Mené touche de la sorte à ce qui est une des fins propre de l’art : l’équivalent des éphémérides. On le retrouve dans les barrages d’Un autre monde du dessinateur Grandville : «Transformations, visions, incarnations, ascensions. (…) » Puzzle, patchwork, bric-à-brac, kaléidoscope, pêle-mêle… Ce que suggère en premier lieu cette histoire, c’est que les chambres mentales de Marc Le Mené ne représentent peut-être que l’instant suspendu d’un éparpillement, un point d’orgue dans un processus permanent de construction et de déconstruction. Le photographe découpe : il, manipule l’espace, il taille, il effectue des prélèvements dans l’espace mental et l’espace du monde.
(…) Le photographe aime à la fois le mesurable et la démesure, ce qui rapproche et éloigne. Parfois, le tout petit envahit le monde. Ou bien l’inverse. Et toujours, le petit et le très grand sont inscrits l’un dans l’autre. Ni paradis perdu, ni enfer, c’est un petit monde, un cosmos miniaturisé. Et plus le cosmos est petit, plus la multiplication des événements y apparaît à la fois inquiétante et drôle. Le vertige naît de la multiplicité des détails. Les événements s’accumulent. Ou bien des personnages flottent ou nagent entre deux airs, avec des mouvements maladroits, empesés, leurs bras battant le vide infini. Ne ressemblent-ils pas à des cosmonautes en apesanteur ? Partout, il leur faut s’élever, au sens propre. Monter, s’élever vers le ciel, c’est toujours s’alléger, se délivrer de la terre et gagner un nou-

veau statut en gagnant un nouvel espace. (…) Se définit ainsi une ima-gerie luxuriante, une fantasmagorie humaine avec jeux, parades et étreintes, avec ses moments de ravissement, ses intimidations, ses danses, ses rires, ses péripéties.
Mais attention, l’histoire est parfois vraie, comme cet amiral qui est un amiral. Ou bien la femme et le pantin : « le pantin c’est moi ». Ce sont souvent des hommages ou des clins d’œil. L’homme au harpon c’est un peu Moby Dick, le roman préféré. L’homme en fumée est une allusion à l’opéra de Pascal Dusapin Perela, l’Homme de fumée. (…) Le Magritte c’est un Magritte, le type qui peint la pièce vide, c’est un peu la folie, la femme qui fume c’est un champignon atomique dangereux, le cheval et le dromadaire ensemble étaient ensemble aussi avec lui dans un voyage au Sahara. Mais le photographe aime que l’on y voie ce que l’on veut, au gré de notre culture littéraire, cinématographique ou culture enfantine ou cauchemardesque… Chacune de ses images nous poussent à nous interroger sur le cheminement des rêveries et pensées où nous engagent les chambres mentales. Et ce mouvement qui incite à l’interrogation a quelque chose de très singulier. Une image vous entraîne dans votre propre labyrinthe intérieur, là où vous-même tentez de reconnaître le vraisemblable.(...) Cet imaginaire-là est fabuleux. Il est bien réellement ce que sont les fables : un récit qui ne s’inscrit pas dans le temps de ce qui aura une fin et a eu une
origine. Nous-même allons nous transformer en gnomes et nous promener joyeusement en des métropoles minuscules.
La photographie, comme la peinture, est cosa mentale, chambre mentale.


D’après un texte de Emmanuel Guigon,
Directeur du Musée Picasso de Barcelone

© Galerie Vrais Rêves 2017