Alain HERVEOU - Kérurus

Alain Hervéou vit et travaille à Saint-Etienne (42)
Professeur de photographie depuis 1992.
Chargé de cours en photographie département Arts Plastiques de l'Université Jean Monnet à Saint-Etienne depuis 2001.
Organisateur en 1992 du Festival "Moment Contemporain" de Saint-Etienne.



 
Kérurus
diverses

Mots-clé associés
matière, mémoire, sculpture, empreinte






 

Là où est la mer, là où séjourna ma mère
 
Fermez les yeux et imaginez la mer aux grandes marées d'équinoxes, lorsque sur Kerurus elle se prend à imiter dans un raffut assourdissant la charge d'un troupeau.
Je l'entend ce tonnerre étourdissant. Je l'imagine ce petit enfant effrayé, perdu, fragile dans un bout du monde de sable et de rochers.

Ma mère…

 



Texte complet

 

 

Là où est la mer, là où séjourna ma mère
 
Fermez les yeux et imaginez la mer aux grandes marées d'équinoxes, lorsque sur Kerurus elle se prend à imiter dans un raffut assourdissant la charge d'un troupeau.
Je l'entend ce tonnerre étourdissant. Je l'imagine ce petit enfant effrayé, perdu, fragile dans un bout du monde de sable et de rochers.

Ma mère…

Me rendant pour la énième fois sur cette plage, je ne pouvais savoir à quel point cet instant là ferait date. C'était une journée grise et plate. j'étais seul avec Lou (ma chienne). La mer et le ciel se confondaient.
Comme d'habitude l'endroit ranimait les récits maternels. Mes pensées vagabondaient nostalgiques lorsque soudain le lieu devint une évidence. Les rochers noirs sous mes yeux me mirent en présence de mes origines, de mon histoire.

Ils étaient posés là simples, immobiles et fiers. J'étais touché, frappé, ému par eux. N'étaient-ils pas plus importants que moi? ne portaient-ils pas en leur sein la mémoire d'un vécu d'avant mon existence et par lequel je suis?

Celui de cette petite fille courant sur la plage, zigzaguant ces rochers qui aujourd'hui me regardent et me parlent de ces temps anciens.

Le murmure visuel de ces vulgaires grosses pierres ne me montrait-il pas aussi avec force que l'universel n'est pas en l'homme et qu'il ne fait que l'habiter.

Ce qui m'a point dans ces "images réelles" c'est cette sensation d'intériorité, cette gravité simple et manifeste. J'avais l'impression d'être un personnage d'un tableau de Caspar David Friedrich.

Et ce galet, ce caillou, de quel temps viennent t-ils?
Combien de fois la mer les a t-elle caressés?
Aux temps immémoriaux étaient-ils comme ces immenses rochers noirs prétentieux bravant la mer?
Ont-ils connu Arthur, Perceval, Lancelot? Merlin et Morgan? Ys et ses splendeurs?

Se rappellent-ils de cette fillette blonde et bouclée?

Celle du temps d'avant, du temps encore sauvage, celui de ma mère courant les dunes de sable, volant sur l'écume salée, grimpant sur les rochers, ceux que je vis là-bas, ceux que vous voyez ici.

                                                                                                                          Alain Hervéou

*Ker   : Mot breton signifiant maison, village.
  Urus : Mot celtique désignant l'aurochs. Boeuf sauvage noir de grande taille peuplant le
              moyen âge et aujourd'hui éteint.
 

© Galerie Vrais Rêves 2022